Face à Macron, bâtir du commun

congrès-du-PCF-2juin-2016-3Le gouvernement est engagé dans un retour en arrière sans précédent : casse du code du travail, suppression de l’ISF, baisse de l’APL, attaques contre le logement social, augmentation de la CSG, fin des contrats aidés, baisse des dotations aux collectivités, augmentation du forfait hospitalier, gel du point d’indice des fonctionnaires et rétablissement de la journée de carence, annonce de la suppression de 120.000 emplois dans la fonction publique, abandon de pans entiers de la politique climat, sélection à l’université… Le Medef est comblé comme jamais. Il appelle d’ailleurs le gouvernement à tenir bon.
En effet, il est conscient qu’une large majorité de nos concitoyens contestent ces mesures. Dorénavant, toutes les confédérations syndicales sont opposées à la loi travail XXL. On l’a vu lors des mobilisations syndicales de septembre, il y a une volonté de voir progresser une perspective de progrès social. Pour cela, il y a besoin de construire des convergences, il y a besoin que les forces de gauche se posent, se parlent et travaillent ensemble à donner des perspectives de changement.
L’opération de recomposition politique dans laquelle Macron est au centre du jeu a pour vocation d’empêcher cela. Son ambition est de circonscrire l’opposition de gauche, la rendre incapable de peser durablement et de lui mettre des bâtons dans les roues.
Les forces de gauche dans ce contexte ont une responsabilité énorme dans la période qui s’ouvre. Le pouvoir et le patronat ont pour objectif de changer profondément le modèle social français. La France Insoumise joue à un jeu dangereux, avec la complicité des médias, en tentant d’apparaître comme l’unique recours, sur la base de son projet non discutable et non construit collectivement.
Le Parti Communiste quant à lui doit profondément se remettre en question. Il vient d’ouvrir un processus de congrès extraordinaire qui se tiendra en 2018. Quel est le sens et l’actualité du combat communiste aujourd’hui ? Quel bilan les communistes tirent-ils des expériences passées ? Quelles transformations le PCF doit-il engager ? Des questions qui doivent se débattre le plus largement possible, avec certainement des formes de discussions innovantes, en phase avec la société d’aujourd’hui.
Le PCF a un rôle essentiel dans l’alternative à construire. Les antagonismes du capitalisme contemporain donnent toute sa pertinence au communisme. Le capitalisme porte en son sein un destin funeste pour l’humanité, le communisme représente face à cela le seul projet émancipateur universel.■

Cédric LATTUADA
Secrétaire départemental du Parti Communiste Français