Présidentielle : Déclaration du Conseil National du PCF

Le score de près de 20 % de notre candidat, Jean-Luc Mélenchon, constitue un événement inédit, une forte espérance et un point d’appui dans le combat pour la transformation sociale et écologiste.

Nous saluons tous les militant-e-s communistes, du Front de gauche, de la France insoumise, les élu-e-s communistes et Front de gauche, les citoyen-ne-s qui se sont investi-e-s dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Ce résultat est le leur. Dans les villes à direction communiste-Front de Gauche, le score de Jean-Luc Mélenchon est supérieur à 30 %.

À 600 000 voix près, la gauche est éliminée au soir du 1er tour, la candidate de l’extrême-droite, Marine Le Pen, est qualifiée pour le second tour, 15 ans après le sinistre 21 avril 2002. Face à elle, Emmanuel Macron, candidat du camp libéral : cette situation est lourde de dangers pour la démocratie et de nouvelles régressions pour notre peuple !

Le Parti communiste français prend ses responsabilités devant le risque d’élection de Marine Le Pen et appelle sans ambiguïté à la battre le 7 mai, en utilisant le seul bulletin qui lui sera malheureusement opposé. Les communistes ont toujours combattu le Front national, ils et elles refusent de participer à sa banalisation. Ils et elles ont mené, ces dernières semaines, une campagne active et déterminée, pour mettre au jour, à travers le livre « FN l’imposture. Droite le danger », les mensonges du FN, sa volonté d’utiliser les souffrances sociales pour diviser les Français-e-s, mener le pays sur le chemin de la haine, du racisme et de la xénophobie, faire reculer les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité.

L’imposture sociale et politique de Marine Le Pen, dans les tout premiers jours de la campagne du deuxième tour prend une ampleur plus grande encore : elle prétend s’appuyer sur le rejet légitime, dans l’électorat de gauche, dans l’électorat populaire, de ce qu’incarnent Emmanuel Macron et son projet, pour détourner l’aspiration à plus de justice sociale vers son objectif fondamental : instaurer plus de division pour mieux préserver les intérêts de la finance.

Elle prétend s’appuyer sur l’aspiration à la souveraineté populaire et une Europe dégagée de l’austérité pour la détourner et imposer, avec ses alliés européens d’extrême droite et néonazis, une Europe de la concurrence entre nationalismes, basée sur la haine des peuples, tournant le dos aux coopérations, aux valeurs de solidarité et de paix.

Nous ne prendrons jamais le risque de laisser entre les mains de l’extrême droite la gestion du pays et du pouvoir d’État, les libertés publiques, la sécurité de notre territoire et celle du monde.

Notre démarche n’est en aucun cas un soutien à la politique d’Emmanuel Macron : nous l’avons combattu comme ministre, puis comme candidat, dans la rue, au Parlement. Son projet aggravera les politiques néo-libérales.

Nous empêcherons Emmanuel Macron de faire du vote du second tour une adhésion à son programme. Toutes les électrices et électeurs de la gauche de transformation sociale et écologiste doivent pouvoir utiliser le bulletin à son nom dans le seul but qu’ils se fixent : barrer la route à Marine Le Pen.

Vouloir donner à ce geste une autre signification, ne pas respecter ces femmes et ces hommes, ne peut que favoriser Marine Le Pen.

Nous combattrons la mise en oeuvre du projet d’Emmanuel Macron, ses choix anti sociaux, sa volonté d’une recomposition libérale profonde de notre société… ■