QUARTIER ‘La Villa’ : NON à la fermeture du bureau de poste !

web_Logo-La-Poste-2Une mobilisation révélatrice !
Après une distribution de tracts-pétitions, plus de 600 signatures ont été collectées en quelques jours auprès des habitants de La Villa et de Magenta.
Forts de cette réaction massive, les communistes d’Épernay se sont adressés au directeur régional de la Poste qui veut fermer le bureau de la Villa.

Le Maire d’Epernay était informé depuis près d’un an…
La Direction de la Poste a répondu en confirmant sa volonté de fermeture du bureau.
Curieuse conception de la démocratie ignorant les principaux usagers que sont les habitants du quartier, alors que La Poste prétend «créer une réelle convergence entre l’implantation des bureaux de poste et l’attente des clients».
Le Directeur a souligné par ailleurs que le Maire d’Épernay avait été informé le 13 mars 2015… Une information cachée aux habitants pendant des mois. Gêné par la mobilisation, Franck Leroy tente de se rattraper. Il va demander le maintien du distributeur de billets. C’est une de nos exigences.

Volonté à peine voilée de casser tous les services publics !
Les réflexions menées dans le tract-pétition de début 2016 se trouvent ainsi confirmées : la Poste ferme pour cause d’une prétendue non rentabilité et Franck Leroy a accompagné cette politique de casse. Il ne cherche même pas de solutions alternatives plus efficaces qui existent pourtant, comme en témoigne le maintien d’une agence postale à Mardeuil.

La Poste de Bernon maintenant dans le viseur
Empêtré dans ses arguments, le Directeur de la Poste fait valoir que les sparnaciens disposent de 2 autres bureaux de poste dont celui de Bernon, alors qu’à l’expérience de celui de La Villa, la fermeture du samedi matin envisagée à Bernon risque bien de conduire à la même issue.

La Poste, première bénéficiaire du Crédit impôt… c’est-à-dire de notre argent !
Les décisions prises dans le dos des citoyens relèvent d’une logique purement comptable et idéologique. Pourtant, il faut savoir que la Poste à reçu depuis 3 ans la somme de 990 Millions d’€ de Crédit d’impôts compétitivité emploi (CICE), versée par l’Etat. Nos impôts sont ainsi dilapidés pour « désaménager » le territoire. La Poste ne cesse de réduire les effectifs et de les précariser sans se préoccuper de l’impact pour « ses clients » ! Et ce n’est pas terminé : la Cour des Comptes vient de proposer de « réduire le coût de la distribution du courrier. » C’est à dire, moins de facteurs et moins de services publics. On marche sur la tête…

Une indispensable mobilisation durable
La casse des services publics est engagée partout et dans tous les secteurs : hôpitaux, EDF, services des Impôts, SNCF, Pôle Emploi, localisation des services préfectoraux, etc.
Les politiques menées vont à l’encontre des intérêts des populations. Il est urgent de faire entendre le désaccord des usagers et de se mobiliser pour d’autres solutions.
Pour construire cette alternative, il y a besoin de se rassembler, dans la diversité de nos engagements, de nos sensibilités.
Il y a quelques années, le Comité de défense de l’Hôpital public d’Épernay avait mené une bataille victorieuse pour le retour de la maternité sur le site de l’Hôpital. Aujourd’hui, ce Comité se constitue autour de la défense des services publics du bassin de vie d’Epernay..